28-05-2019
dans Exprime, Lâche prise

Célibataire trentenaire



J’sais pas si c’est parce que je me suis retapé la série de Sex and the City récemment ou bien à cause de  l’arrivée du beau temps, mais j’avais envie de parler d’un sujet chaud. Par chaud, je ne veux pas parler du réchauffement climatique ou du dossier d’avortement aux États-Unis. J’aime mieux effleurer des sujets plus légers, ceux qui nous font sourire ou réfléchir un peu, mais pas trop. Bref, j’avais envie de jaser du célibat dans la trentaine parce que c’est ma réalité. Aussi parce que c’est une réalité qui peut faire peur, parfois incomprise ou montrée du doigt. J’ai envie d’en rassurer quelques-uns et quelques-unes.

En toute honnêteté, pour vrai de vrai, me retrouver célibataire à 30 ans, c’est probablement la plus belle chose qui ne pouvait pas m’arriver dans l’immédiat. Je ne vous mens pas, j’ai l’impression de vivre dans une tout autre dimension. J’ai été célibataire dans le passé et je n’avais clairement pas la maturité pour le vivre adéquatement ou pour apprécier véritablement ses avantages. Disons simplement que je ne l’assumais pas aussi bien ou que je ne m’assumais pas aussi bien tout court. Je ne dis pas que c’est tout le temps parfait ni que de voir mes amies mamans avec leurs partenaires de vie ne me fait jamais un petit velours, mais 90% du temps, j’ai une bonne relation avec moi-même et mon célibat.

En fait, je pense que j’ai trop longtemps fait semblant d’aimer ou d’aspirer à un modèle idéal de relation parce que j’avais l’impression qu’il me fallait ça pour être heureuse, pour me sentir accomplie et pour avoir un futur. J’avais l’impression que pour réussir ou devenir quelqu’un, qu’il fallait absolument que je partage qui je suis avec quelqu’un d’autre. Ce que je n’avais pas compris, c’est que pour devenir cette version accomplie de soi-même, il faut d’abord faire le travail en solo. Peu importe avec qui on partagera sa vie, si le travail sur soi n’a pas été fait, il y a de fortes chances qu’on s’efface dans ladite relation en vivant qu’à travers l’autre, en cherchant nos propres réponses dans les yeux de l’autre sans savoir qui on est vraiment.

Pour moi, être une célibataire trentenaire, c’est de mettre le focus sur sa carrière, découvrir de nouvelles formes d’apprentissage, être curieuse et tenter d’exploiter au maximum ses forces. Je ne sais pas pour vous, mais l’arrivée de la trentaine m’a apporté un regain de confiance, une forme de confiance que je n’avais jamais connue avant parce que je me suis permis de prendre du temps pour moi. Parce qu’avant d’arriver à cet état d’esprit positif, j’avais pris une maudite bonne débarque et il faisait sombre. Il aurait été facile de retourner dans mes vieilles pantoufles ou dans mes vieux patterns, mais j’ai réalisé que ça ne me ressemblait pas du tout. J’ai plutôt décidé de me départir de ce qui me gardait derrière, ce qui me tirait vers le bas et d’être maintenant en constante recherche de ce qui m’élève vers le haut.

Être célibataire trentenaire, c’est aussi de posséder pleinement son temps dans le creux de sa main et d’en faire ce que bon nous semble, idéalement de le chérir comme un cadeau. C’est également d’être en âge d’avoir les moyens financiers pour apprécier les joies de l’espace d’un logement entier tout à soi, juste à soi et de le rendre à son image sans compromis. Passer du temps seule ne me fait plus peur. Au contraire, je prends plaisir à apprécier des moments en ma compagnie et je sais que mon entourage n’est pas bien loin si j’ai envie de socialiser. Il n’y a pas de couvre-feu ni de culpabilité car je n’ai que moi à qui plaire.  Certes, parfois je me retrouve dans des endroits où je me sens un peu plus vieille que la moyenne, mais je suis correcte avec le titre de vieille cougar cool.

J’ai l’impression de faire des choix qui ont plus de sens, qui me représentent mieux et ce que les gens pensent de moi a beaucoup moins d’impact. Je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas, je sais ce que je vaux. Être célibataire trentenaire, c’est aussi d’avoir la maturité de faire la différence entre le sexe et l’amour tout en y prenant un réel plaisir. Je comprends et accepte beaucoup mieux ma sexualité qu’auparavant, mais surtout j’assume mes désirs sans honte. Le plus important est que je sais que la vie à deux ou de famille n’est pas impossible tout en étant consciente que ce n’est pas la fin du monde si ce n’est pas une réalité immédiate et que jamais je voudrais forcer le cours des choses simplement pour atteindre cet idéal social. On ne force pas l’amour, on ne force pas la vie à deux, on ne force pas le mariage, on ne force pas la vie de famille…Selon moi, ce sont des choses qui doivent se faire naturellement car, tôt ou tard, faire semblant nous rattrapera.

J’ai souvent l’impression que les gens qui se retrouvent célibataire dans la trentaine associent leur réalité à un échec monumental, au malheur ou même à une maladie incurable. Certes, ce n’est pas facile pour tout le monde, mais je crois qu’il y a autant ou presque de beauté dans la vie en solo que dans la vie à deux ou de famille. On demande à tort à un couple quand ils se marieront ou quand ils auront un second enfant en croyant que c’est ce qu’ils ont besoin pour combler leur bonheur… on présume également qu’une personne seule soit automatiquement malheureuse, éloignée de ses objectifs de vie. Qu’elle ait absolument besoin de quelqu’un avec qui partager son quotidien pour être épanouie. Cessons d’avoir l’impression qu’on connait la recette de la vie parfaite et laissons le commun des mortels décider de sa propre définition de l’épanouissement, sans jugement et pression collective.

Être célibataire trentenaire, c’est une belle découverte de soi. À toi qui viens de te retrouver dans cette situation apeuré comme Bambi sur la glace, je te promets que ça va bien aller et que tu ne finiras pas tes jours avec douze chats!

 

 

Nos sections

Déguste
Explore
Exprime
Lâche prise
Entreprends

Recherche



Boutique

En ligne

À suivre...

À propos

Je souhaite grandir en même temps que mon projet. Un projet qui, vous verrez, prendra de l’expansion au fil du temps. C’est le début d’une grande aventure. Et j’ai envie que vous en fassiez partie.