2-12-2016
dans Exprime

Crise existentielle



Ça vous arrive parfois d’avoir des crises existentielles? Du genre : être au travail, avoir envie de ramasser ses trucs et prendre la poudre d’escampette sans regarder derrière pour se lancer dans un projet, qui sort totalement de l’ordinaire – comme, aller enseigner le français au Japon ? Ou bien, n’avoir jamais fait de sport de sa vie et, tout à coup, avoir envie de courir un marathon ? Ou pire encore, avoir envie de laisser son conjoint pour se « retrouver » quelque temps ? Ou tout simplement, avoir un sentiment de vide en dedans, l’impression qu’il nous manque quelque chose ?

Mais tout ça finit par passer, alors on se dit qu’on était peut-être juste victime de symptômes prémenstruels…

Certes, les exemples ci-haut, sont un peu extrémistes, mais en tant que femme, on est toutes à un moment ou à un autre l’employée, la conjointe, la fréquentation, la fille, la mère, la meilleure amie ou la confidente de quelqu’un. On a toutes un lot de responsabilités et on jongle avec une multitude d’engagements afin de ne pas décevoir  notre patron ou ceux qu’on aime. Et si c’était la liberté qui nous manquait? Et si on avait le contrôle de notre vie plutôt que de la laisser entre les mains des autres ? Si on pouvait tout simplement se traiter à sa juste valeur…

On a le droit d’être égoïste. On a le droit de dire non. On a le droit d’avoir le « job » de nos rêves, voire d’être notre propre patron. On a le droit d’ignorer ceux qui nous on dit qu’on n’était pas capable. On a le droit de cogner à la porte pour avoir une promotion. On a le droit de partir en voyage seule sans le conjoint et les enfants. On a le droit de « skipper » un souper de famille juste pour relaxer. On n’est pas dans l’obligation d’accepter toutes les invitations de nos amies ou d’écouter, pour la 100e fois, la même histoire de notre amie Sylvie.

On est constamment en train d’attendre le weekend, la prochaine sortie de filles, la prochaine escapade en amoureux, l’homme de sa vie si on est célibataire, d’avoir des enfants ou d’attendre qu’ils vieillissent, de terminer nos études, d’avoir de l’argent, de perdre du poids, une promotion « promise » par notre patron qui n’arrive jamais ou bien simplement d’avoir hâte à demain « parce qu’il va faire beau ».  Et si, en réalité, il était possible de ne jamais avoir hâte à demain parce que le présent est extraordinaire ? Et si on cessait d’attendre et qu’on agissait pour combler le vide intérieur ?

Je crois que, la plupart d’entre nous, on a peur de se lancer dans le vide pour atteindre le summum de la liberté (bravo à ceux et celles qui ont risqués). On a peur du risque et on est bien dans nos pantoufles avec notre sécurité. Parce que oui, la sécurité, c’est rassurant. On a peur de dire non lorsque c’est le moment et on s’abstient de dire oui quand il le faudrait. On se convainc que c’est de cette façon qu’il faut vivre notre vie, parce que c’est ce que l’on nous a appris et surtout parce que l’on n’a jamais connu autrement. L’art du conventionnel !

Parfois, je me demande si cette peur qui nous hante et qui nous fait appuyer sur les freins, va un jour se transformer en regret devant certains de nos rêves et ainsi que nos envies. Je ne vous dis pas qu’on est tous, en réalité, des êtres malheureux. Je crois simplement qu’il est possible d’être la meilleure version de soi-même. Rarement ai-je regretté avoir pris une décision pour moi-même (oui, juste pour moi). Au contraire, je me suis sentie libre.

OK, je sais, ça fait beaucoup de questions et de réflexions d’un coup. C’est que, c’est le genre de pensées qui trottent dans ma tête, alors je me suis dit qu’elles cheminent peut-être dans la vôtre aussi? 😉

Et s’il n’y avait pas qu’UN seul et unique « modèle » de vie à suivre?

Nos sections

Déguste
Explore
Exprime
Lâche prise
Entreprends

Recherche



Boutique

En ligne

À suivre...

À propos

Je souhaite grandir en même temps que mon projet. Un projet qui, vous verrez, prendra de l’expansion au fil du temps. C’est le début d’une grande aventure. Et j’ai envie que vous en fassiez partie.