3-08-2017
dans Exprime, Lâche prise

Hypothéquer son bonheur



Lorsqu’on parle de vie à deux, on oublie parfois l’essentiel; l’importance de bifurquer de sa routine pour prendre soin de son couple et de sa propre personne dans le but de se réserver des moments à deux ou à soi-même. Ces petits moments ou ces petites attentions qui ne demandent pas plus d’argent ou de temps. L’équilibre, c’est aussi de s’épanouir en tant qu’individu et non uniquement comme amoureux/amoureuse ou comme parent. Parce qu’avant d’être un parent ou le partenaire de vie de quelqu’un, on est un homme ou une femme, une personne à part entière. Une personne qui a besoin de se sentir vivante, aimée, valorisée et pas juste conditionnée à simplement exister.

Plus le temps passe, plus je réalise l’importance de continuer de voir l’autre comme un amoureux ou une amoureuse, et non seulement comme un colocataire, une présence humaine parmi les meubles ou le parent de son enfant. Il est facile dans notre quotidien effréné de devenir amorphe ou désintéressé, de s’oublier et d’oublier l’autre. De tomber dans la platitude, de se sentir éteint, de ne plus se sentir désirable, de ne plus avoir les yeux pétillants, pour l’autre, mais aussi pour soi. Les conversations deviennent souvent du partage d’informations futiles empreint d’agacements ou de frustrations. La qualité de l’échange se perd, tout comme l’intimité.

Voilà qu’on baisse souvent les bras sans même avoir essayé d’en discuter. Sans même essayer de briser sa routine, de sortir de son petit confort ou de sa petite sécurité pour prendre les grands moyens et faire les efforts pour s’aimer à nouveau et aimer l’autre à son tour. Parce qu’on ne peut pas aimer convenablement quelqu’un si on s’est égaré. Souvent parce qu’on nage à contre-courant. On opte généralement pour la fuite, l’éloignement de la maison, on va chercher de l’attention ailleurs, devant son portable, son téléphone intelligent, la télévision, en se tuant au travail ou en évitant les conversations importantes. Ce temps qu’on sacrifie dans le vide ou sur le terrain du voisin, on pourrait le consacrer à des moments plus concrets, ce qui aurait plus de bénéfices à long terme sur notre quotidien.

Le temps, c’est un peu comme l’oxygène d’une relation ou l’oxygène de l’équilibre mental, physique et psychologique. Si on s’en prive, on laisse tout autour mourir à petit feu. Il n’y a pas de temps volé, on est l’unique responsable de sa privation. On ferme les yeux sur les bobos et on continue de manquer d’air sans s’arrêter. Lorsqu’on prend conscience de l’ampleur des dégâts, il est souvent trop tard pour réparer les pots cassés, mais l’option de la séparation semble une montagne insurmontable. Parce que de se séparer implique trop de décisions, de choix déchirants et d’émotions, notamment la peur de l’inconnu et de recommencer à zéro. Alors, on hypothèque son bonheur au détriment de la peur. Comme s’il fallait étouffer plutôt que de prendre des décisions difficiles. Comme si la vie d’adulte et ses responsabilités ne nous donnaient plus le droit à une seconde chance, comme s’il était trop tard pour aspirer à mieux comme vie à deux ou même en solo.

Je généralise. Je suis vraiment consciente que ce n’est pas la réalité de tout le monde et c’est tant mieux. Je suis tout de même convaincue que c’est un phénomène social flagrant caché derrière beaucoup de faux sourires. Ce serait tellement agréable qu’on prenne tous les moyens pour réorienter nos priorités, qu’on choisisse parfois le chemin plus difficile au lieu de fermer les yeux, qu’on prenne le temps de trouver notre oxygène et qu’on redonne un sens à la vie à deux sans hypothéquer son bonheur!

Et si, au final, la séparation est la seule solution après tous les efforts, elle n’est pas une fin en soi. Souvent, c’est se donner une deuxième chance au bonheur, une deuxième chance à la vie.

Parce qu’après tout, quand l’amour est au rendez-vous – l’amour de soi et l’amour tout court -, il n’y a rien de plus beau, n’est-ce pas?

 

Instagram  @vanrivers

Nos sections

Déguste
Explore
Exprime
Lâche prise
Entreprends

Recherche



Boutique

En ligne

À suivre...

À propos

Je souhaite grandir en même temps que mon projet. Un projet qui, vous verrez, prendra de l’expansion au fil du temps. C’est le début d’une grande aventure. Et j’ai envie que vous en fassiez partie.