2-12-2016
dans Exprime

Il pleut des bébés



Récemment, je suis allée rendre visite à une amie à Montréal pour le weekend. J’ai acheté un café sur la route et j’ai chantonné jusqu’à destination avec les cheveux dans le vent ainsi que le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Je me sentais libre comme l’air. Comme si pour 48 heures, je n’avais plus de responsabilités. J’étais en vacances, quoi !

Elle m’a fait visiter son magnifique quartier. On en a profité pour faire un arrêt dans une fromagerie artisanale ainsi qu’à la boutique française, juste en face, où ils vendent de délicieux pâtés et des bonnes baguettes de pain. On a traversé un joli parc paisible avant de retourner chez elle. On a eu un plaisir fou à déguster notre festin bourré de glucides et de lipides, tout en sirotant de la sangria au soleil sur sa terrasse. On a parlé de tout et de rien, mais surtout de la pression sociale qui nous envahit petit à petit. Après la séance de « pomponnage », on a fait une virée au centre-ville, jusqu’aux petites heures du matin.

Pendant ce weekend de pur divertissement, une autre amie a accouché d’un beau bébé dodu en pleine santé. C’est sur mon chemin du retour que j’ai constaté l’ampleur de toutes ces photos de bébés qui circulent sur mon «news feed» Facebook pendant que moi, je prends des «selfies» de mes vacances ainsi que de mes soirées arrosées.  Je me suis alors sentie un peu égoïste, voire même immature. Comme si, à mon âge, c’était mal d’avoir encore peur de «faire le grand saut».

J’ai eu quelques discussions avec des mamans et des papas pour vraiment savoir c’est quoi «devenir parent». Parce que oui, j’ai plein de beaux nouveaux modèles parentaux autour de moi. Autant dans mon entourage que dans celui de mon chum ou même des connaissances qui me fascinent avec leurs yeux empreints de fierté lorsqu’ils regardent leurs enfants. Ils sont tous d’accord pour dire que ça change une vie puis ils répètent  tous, pendant quelques minutes, les points négatifs de leur «nouveau style de vie». Pendant les premières minutes, tu te demandes vraiment ce qu’il y a de l’fun là-dedans.

Puis, finalement, la conversation s’adoucie et leurs yeux deviennent pétillants. Ils te disent alors que c’est la plus belle chose qui soit et que l’amour pour ce nouvel être vivant est indescriptible. Que cet amour fait oublier toutes les difficultés et la souffrance. J’éprouve tellement de respect pour eux. Surtout pour ces filles que j’aimais qui deviennent maintenant des «superwomen» que j’admire. Mes amies deviennent, tout à coup, des femmes avec un grand «F».  Le fait de laisser la nature transformer ton corps (puis de te sentir comme une vache à lait pendant 9 mois) pour miraculeusement donner la vie, c’est tout un exploit. J’espère que vous êtes fières…vous me fascinez !

J’ai l’instinct maternel. J’adore jouer à gaga-gougou. Je sais que c’est dans mes plans de vie, mais maudit que c’est épeurant. Je mets souvent la faute sur le fait que je suis encore sur les bancs d’école et que mon chum n’est pas prêt, sauf, qu’en vérité, c’est principalement moi la coupable. On me dit souvent que je suis encore jeune et que j’ai le droit de profiter de la vie. Sauf que, elle est où la limite à l’expression  «profiter de la vie» et en réalité, qu’est-ce que ça veut vraiment signifier?

C’est le genre de période de ta vie ou il pleut des bébés autour de toi. J’aimerais te dire que c’est une métaphore, mais, c’est assez réaliste, croyez-moi. C’est comme si tous les couples ont lu ou visionné Les 50 nuances de Grey en même temps…histoire de procréer. Tu réalises que tes amies ont passé l’étape pitous/minous pour se diriger vers couches/coliques/vomi puis tu te dis que c’est bientôt ton tour. Sauf qu’en attendant, tu  continues de prendre des «selfies» de tes vacances ainsi que de tes soirées de pur plaisir 😉

Nos sections

Déguste
Explore
Exprime
Lâche prise
Entreprends

Recherche



Boutique

En ligne

À suivre...

À propos

Je souhaite grandir en même temps que mon projet. Un projet qui, vous verrez, prendra de l’expansion au fil du temps. C’est le début d’une grande aventure. Et j’ai envie que vous en fassiez partie.