2-12-2016
dans Exprime

La vie à deux 2.0



Je ne sais pas si c’est parce que mes horizons sont plus ouverts en vieillissant, mais récemment, un problème m’est apparu : j’analyse TOUTES les situations. Plus précisément, les  soupers de filles et les conversations « enrichissantes » qui s’en découlent.  En résumé…

Réalité versus Fiction

Être en couple en 2016, c’est aussi de se créer un « petit monde » de perfection à l’aide des réseaux sociaux et des applications comme Instagram. Une fausse représentation de la réalité dont on est tous, à un moment ou à un autre, les créateurs.

Parce que non, on n’ira pas partager à nos 1000 amis Facebook,que récemment, on a vécu une « mauvaise passe » avec notre partenaire puis qu’après x nombre d’années, on ne vit plus que d’amour et d’eau fraîche. On ne racontera pas nos erreurs ni celles de notre conjoint, parce que « techniquement », ça ne regarde personne. On n’exprimera surtout pas, qu’il nous « tape vraiment sur les nerfs » dernièrement.

Parce que non, on ne partagera pas non plus, qu’on a des remises en question, de temps en temps, comme tout humain « normal » ayant des sentiments. On ne racontera pas, qu’on trouve le gars de notre cours de yoga terriblement cute puis qu’on a parfois eu envie de lui parler ni qu’on a « stalké » le profil Facebook de notre ex pour voir ce qu’il devient. Parce que de trouver quelqu’un d’autre que son partenaire cute … c’est tabou. Mais ô combien naturel !

Parce que non, notre vie sous la couette n’est pas similaire à celle de Christian Grey et d’Ana. Elle n’est pas constamment parsemée de piquant, d’aventures torrides et de passion illimitée. Le désir et la flamme du début, doivent se travailler après plusieurs années. Parce que non, notre vie de couple ne se résume pas à des déjeuners au lit tous les matins ni à des fleurs tous les soirs au souper.

Parce que oui, on a un horaire chargé, des obligations et des loisirs. Le fait de combiner nos vies, se résume souvent à peu de temps à offrir à l’autre. Après le ménage et les commissions, c’est possible qu’on porte des joggings trop grands avec une toque sur la tête et qu’on ne soit pas sexyParce que non, on ne prend pas toujours soin de nous comme on le voudrait puis on ne se réveille pas le matin en déshabillé toute maquillée.

Pour des raisons que je tente encore d’analyser, on préfère « poster » notre relation sous son meilleur jour (superbes photos et statuts en passant !) pour ainsi avoir comme résultat de donner l’impression aux autres que leurs relations sont vouées à l’échec et vice versa. Un effet de comparaison se crée et on se sent, tout à coup, si loin de la réalité dans laquelle on vit. Alors, on veut plus et on n’est jamais (ou rarement) complètement satisfaits parce que la relation des autres « a l’air » tellement plus le fun.

Je ne vous dis pas que TOUTES les relations sont, en réalité, de la « merde », mais il faut arrêter d’avoir peur des jugements vis-à-vis l’envers de la médaille. Je me rends souvent compte, pendant mes soupers de filles, qu’on ose de moins en moins dire naturellement ce qui ne va pas par peur qu’on juge nos imperfections. Après avoir tiré quelques cordes sensibles, on réalise que tout le monde a son jardin secret puis ça fait TELLEMENT du bien de savoir qu’on n’est pas la seule à ne pas avoir une relation ni une vie PARFAITE. Qu’on est humain, quoi ! La conversation est tellement plus agréable ainsi…

Sauf que non, « poster » ta chicane sur l’importance de baisser le bol de toilette après le pipi de monsieur, ne récolterait pas autant de « likes » qu’une photo de french kiss devant la Tour Eiffel pendant ton voyage à Paris 😉

L’important, c’est de faire la différence entre la fiction et la réalité – l’amour et la vie sont parsemés d’imperfections et c’est ce qui les rend doublement plus intéressants !

Nos sections

Déguste
Explore
Exprime
Lâche prise
Entreprends

Recherche



Boutique

En ligne

À suivre...

À propos

Je souhaite grandir en même temps que mon projet. Un projet qui, vous verrez, prendra de l’expansion au fil du temps. C’est le début d’une grande aventure. Et j’ai envie que vous en fassiez partie.