3-12-2016
dans Entreprends, Exprime

T’es une conne



Je vous avertis tout de suite, ce texte sera bourré de sarcasme et de généralités basées sur des stéréotypes. Il est uniquement représentatif de mes expériences personnelles.

Bref, sans retenue, je me lance.

Plusieurs femmes autour de moi diraient que vivre dans un monde d’hommes n’est pas facile et qu’il faut redoubler d’efforts pour se faire prendre au sérieux. Elles diraient aussi qu’on a encore du chemin à faire en matière d’équité puisque des femmes PDG d’entreprise ou entrepreneure, il n’y en a pas à la tonne. Elles rajouteraient probablement que ce serait l’fun de passer devant un chantier de construction ou encore le bureau du patron, sans se faire reluquer le cul tout en devant endurer un commentaire de mononcle. Elles cloraient probablement la discussion en me disant qu’elles sont tannées de se faire prendre pour des connes.

Je suis d’accord avec elles. Sauf que moi, ce qui me dérange autant, sinon plus, c’est comment les femmes se prennent pour des connes entre elles.  Je m’explique. Depuis le début de ma carrière, je travaille dans un environnement de femmes.  Que ce soit au restaurant comme serveuse, au bureau en communications, dans mon domaine d’études ou même avec la rédaction de mon blogue, j’ai toujours l’impression que les femmes ne me prennent pas au sérieux.

Gravir les échelons – dans toutes les sphères  –  est un exploit en soit, parce que la plupart des femmes veulent surpasser les autres femmes. Si t’es au bas de l’échelle, que t’es cute, que t’as peur de prendre ta place et que tu as peu de confiance en toi… Eh bien, bonne chance ma belle. Tu vas surement finir par être la nunuche de service des autres femmes jusqu’à la fin de tes jours et c’est possible que l’une d’elles te fasse pleurer. Pourtant, t’as un baccalauréat et t’es intelligente, sauf que ce n’est pas suffisant. Bref, t’es une conne!

Au contraire, si t’es au sommet de ta carrière, que t’as confiance en toi, que tu te promènes en tailleur griffé au volant de ta BMW, il y a de maudites bonnes chances que les autres femmes pensent que t’as sucé le patron (oui, j’ai déjà entendu ça de la bouche d’une femme au sujet de sa collègue). Sinon, ça se peut que tu sois tout simplement la bitch de l’édifice parce que tu marches d’un pas assuré et la tête haute.  Pourtant, t’as travaillé fort pis t’as mérité tous les sous dans ton compte en banque. Sauf que, tu finis quand même par passer pour une conne!

Ça, c’est sans parler du slut-shaming, qui se résume à juger haut et fort une autre femme sur son comportement sexuel ou sur sa jupe courte. Je me demande vraiment; qu’est-ce qui est pire entre ça et une joke de mononcle lancée à une fille qui passe devant un chantier de construction? Donc, si  t’as le malheur de mettre ta belle jupe rouge un samedi soir et de finir la soirée avec Frank…. t’es juste une conne!

On a tellement trop à prouver au monde entier qu’on est peu indulgentes l’une envers l’autre. On est en compétition, on se compare, on se juge et on ne se donne pas de chance. Je ne parle pas juste au boulot, mais aussi dans la vie de tous les jours. On a juste à naviguer sur un forum de mamans pour comprendre que tous nos rôles dans la société sont scrutés à la loupe – même le rôle le plus honorable du monde. Scrutés par qui? Par d’autres mamans – qui sont évidemment meilleures que toi! Parce que toi, t’es une conne.

Non mais c’est assez. Come on les filles, est-ce qu’on pourrait simplement s’entraider et se tenir par la main ? L’égalité commence par notre désir de montrer l’exemple. Parce que l’avancement des femmes en société débute par le changement des mentalités et ce changement commence d’abord par le comportement qu’on adopte entre nous.

Parce que non, on n’est vraiment pas des connes.

Team work les filles, team work!

Nos sections

Déguste
Explore
Exprime
Lâche prise
Entreprends

Recherche



Boutique

En ligne

À suivre...

À propos

Je souhaite grandir en même temps que mon projet. Un projet qui, vous verrez, prendra de l’expansion au fil du temps. C’est le début d’une grande aventure. Et j’ai envie que vous en fassiez partie.