13-11-2018
dans Exprime

Vivre



Te réveiller tous les matins en te disant que la vie que tu mènes ne t’appartient pas et de ne pas te sentir à ta place même si les traits de ton visage semblent dire autrement. Être au centre d’un événement vêtue de vêtements qui ne te ressemblent pas à faire des sourires et à serrer des mains. On prend une photo ensemble avec nos faux sourires… PLEASEEEE, ça va être bon pour #lesinternets.

Te démener cinq jours par semaine pour un job qui paye pas trop mal, mais qui ne te fait pas tellement grandir en-dedans en attendant ta pension pour finir tes « beaux jours » après avoir eu trois ou quatre cancers en chemin… Mais au moins, tu as ta grosse maison et ton gros char. Maudit que j’ai hâte à vendredi pour me noyer dans le vin et me taper trois ou quatre bonne vieilles jokes de mononcle au terrain de camping.

Tenter d’être une personne exemplaire pour combler le vide d’une enfance perturbée ou d’une adolescence colérique. Avoir une tonne d’amies et de connaissances sans pour autant connecter réellement avec qui que ce soit… Parce que tu n’as jamais eu le courage d’être toi-même, de te laisser aller et d’accepter qui tu es. Voyons, je ne peux pas faire ça ! (Bullshit, tu as juste un bâton de pogné dans ton cul).

Être là, au centre d’une pièce avec des sons qui sortent de la bouche des gens et de la tienne sans que les mots prennent forme à l’oreille. Ces mêmes mots qui sont souvent si peu pertinents comme si le superficiel prenait le dessus sur le réel. Comme si le cerveau et l’âme avaient été vendus au Diable pour trop cher et que c’était maintenant devenu une denrée rare. Bla bla bla.

Swiper à droite et à gauche pour trouver l’amour ou te changer les idées en finissant par marier celui ou celle qui était « pas trop pire » parce que le temps avance et qu’il faut faire des enfants avant que les ovaires ne deviennent plus assez performants. Tu finis par passer ta vie à regarder si le gazon n’est pas plus vert chez le voisin parce que tu n’as pas eu la patience de trouver ton « true love ». Au moins, tu auras eu un mariage à 50 000$ comme prix de consolation. As-tu écouté OD la semaine passée ? Si ce n’est pas beau l’amour, hein ?

Te créer des tendances pour te proclamer sauveur du monde ou de la planète sans lever le petit doigt pour faire une différence. C’est juste beau sur Instagram ou comme statut Facebook, ces affaire-là parce que quand vient le temps d’agir, tu passes ton temps à te trouver des excuses et à mettre ça sur la faute des autres qui ne pensent pas comme toi. Parle, parle, jase, jase. Végane. Végé. Bio. Chasseur. Plastique. Paille de bambou. Minimaliste. Acheteur compulsif. Féministe. Misogyne. Trudeau. Trump. Instababe. Selfie. Story. Mannequin.

Te réveiller un matin et te sentir différemment de la veille parce que tu en as assez. Te dire que la terre est grande puis qu’il existe encore des gens qui ne sont pas vides en-dedans. Te promettre de faire des changements dans ta vie qui vont rendre ton existence un peu plus pertinente et de te permettre de retrouver le goût des vraies choses. Ce qui était autrefois superficiel devient un peu plus spirituel. Tu deviens curieux et tu as envie d’explorer, d’essayer, de voir le monde autrement que depuis ta chaise de parterre.

Te laisser aller au lieu de tout contrôler pour laisser place à la spontanéité. Cette spontanéité qui te donne des ailes et la force d’être toi-même avec un brin de folies et une dose d’amour propre. L’envie de te sentir connecté avec les autres et ta soif de vouloir apprendre prennent de plus en plus de place. Les sons qui sortent de ta bouche deviennent des mots qui se transforment en actions. Tes actions qui se développent en passion, en raison d’être ou en un job qui te fait un peu plus grandir de l’intérieur.

Ton sourire sincère illumine ton visage… Tellement que tu n’as plus besoin de swiper parce que tu as le mot confiance d’étampé dans le front et que tu te donnes le droit d’aimer, de ressentir, d’apprécier. Les événements en surface laissent place à des moments plus en profondeur. Tu ne cherches plus à fuir ta femme, ton mari, tes enfants ou ta vie au creux de la bouteille puis tu cesses de te convaincre que ton char de l’année va guérir ton futur cancer.

Tu finis par comprendre que tu viens de découvrir l’essence du mot « vivre » et tu te dis que c’est beau en maudit !

 

 

 

Nos sections

Déguste
Explore
Exprime
Lâche prise
Entreprends

Recherche



Boutique

En ligne

À suivre...

À propos

Je souhaite grandir en même temps que mon projet. Un projet qui, vous verrez, prendra de l’expansion au fil du temps. C’est le début d’une grande aventure. Et j’ai envie que vous en fassiez partie.